29/06/2006

Raphael à Forest National

Synopsis:
"Caravane! Caravane!"


Hier, concert de Raphaël à Forest National, avec ma maman, ma soeur, une amie d'enfance à ma maman et sa fille, Audrey.

Coralie: a écouté plusieurs fois l'album

Maman: aime bien Raphaël car il est plutôt "joli garçon"

L'amie de maman: connait bien les chansons de Raphaël;

Audrey: adore Raphaël

Val: vient comme une touriste

A 17h30, voilà que l'amie de maman puis sa fille sonnent à la porte. Nous les faisons entrer. Nous sommes dans les derniers préparatifs. Après avoir vu Le docteur T et les femmes, je me rends compte que cinq femmes dans la même maison, ça bruite: l'une demande un verre d'eau, l'autre parle de sa journée de travail, la troisième dit à la quatrième de boire un coup avant de partir, tout en enfilant ses souliers. La dernière, on ne la voit même pas: elle est certainement encore en train de changer de pantacourt, en haut, dans sa chambre (dont l'état laisse à désirer).

Vers 18h10, la joyeuse compagnie quitte la maison, direction Forest National. Un bon quart d'heure plus tard, nous descendons de voiture: le parking devant l'entrée du concert est dejà bondé de monde... "Et voilà, c'est foutu pour être devant". Ces demoiselles décident de prendre Hot Dogs et Hamburgers. Les mamans font la file pour nous. File très lente, trop lente. Les portes s'ouvrent, et les mères sont encore en train d'attendre la boustifaille, billet en main.

"Vite les billets les billets, ou on ne pourra pas entrer! Mais non, pas les 5, juste les 3 notres... Vous n'allez pas pouvoir entrer non plus sinon... Je vous signale..." Un peu de tension dans l'air, le soleil tape sur mon crâne doré de mèches caramel. Et Plouch, c'est le joli bruit que fait le ketchup dégoulinant du Hot Dog de Coralie sur sa veste et sur mon bras.

 -Oh putain Coralie, tu pourrais faire attention, quoi

- Oh pardon, pardon!!

- Tu as vu? Comment je fais mai'nan ?

- Bah tiens, prends un mouchoir...

- Ouais, merci!

- Oh ça va hein, tu crois que je l'ai fait exprès ou quoi ?
- Nan allez, c'est vrai... C'est pour le coup de la bave hier
(* private joke).

- hihihi

- hihihi

Un peu plus tard, nous entrons enfin dans la salle et prenons place assez loin de la scène, faute de mieux. Les mamans nous rejoignent. Très vite, le concert commence, avec Pierre Eric Grimache (?) en première partie. Sympa, ses petites chansons.

Après une musique assez ... orientale, la salle se chauffe: "Raphaël, Raphaël". ça y'est, c'est le moment. Raphaël entre en scène et nous fait un morceau musical. Le concert se déroule de chanson en chanson, de temps en temps avec une petite histoire amusante entre, qui fait rire le public. Fatiguée, je m'assieds immédiatement dès que la chanson ne me plait pas, afin d'éviter une deuxième déconnection avec jargon-aphasie: je mesure mes limites. Malgré cela, ma soeur et moi nous sommes bien défoulées: au moment du rappel, tout le monde frappait dans les mains: "Une autre, une autre", et nous, dans notre grande finesse: "Caravane, caravane, caravane... esquimau, esquimau !!!" (*).

A la fin du concert, la salle est chaude, bien qu'il aura fallu le temps, et que ce ne fut rien comparé à Calogero ou Pascal Obispo. A la sortie, ma soeur me murmure à l'oreille: "je préfère Camille.". Et bien ça, moi aussi.



Critique:
"Bravo Raphaël...
Pour les Chansons calmes"


Raphaël était en forme hier soir, et le public aussi. Sautant, chantant: vraiment en forme. Le concert quand à lui était formé, comme la plupart des concerts, de moments calmes et de moments plus déchaînés. Fatigue oblige, je n'ai pu pleinement profiter que des moments calmes, de ces moments relaxants pour les pavillons. Ces moments où l'on se dit "ah, une chanson calme" qui pourrait être traduit par: "ah, enfin, fini de cette cacophonie". Cacophonie, c'est le mot. Entraînés dans une envie de défoulement sans doute, il arrivait souvent à Raphaël et à son équipe de "partir en couilles", tous instruments mêlés, dans la plus belle parade de casseroles. Dommage, dommage. On a pas du chanteur cette image de défoulé extraverti, et par rapport aux "extravertis", justement, il fait bien plus de boucan. Habituée aux tons minimalistes de Demoiselle Camille, de temps en temps, c'était un peu trop "placard à musique" pour moi.

Les moments calmes et détendus du concert étaient cependant très très bons. Chaleur, tendresse: le feeling passait à 100%. En dehors des chansons rythmées avec tinte de "musique bohémienne", ce sont d'ailleurs toutes les chansons calmes que je retiendrai. Une jolie mélodie, un air détaché, des textes justes, voilà ce qui donne à Raphaël son côté poète. Bien plus que le fait de "casser la baraque car je suis rocker", à mon humble sens.

Verdict: 7/10


(*) A découvrir: Valérie et Coralie: "Pourquoi les esquimaux sont sur la banquise?", premier délire estival et parodie du papa pingouin.


En écoute:

  • Les petits bateaux   

  • La balade du pauvre

  • Peut-être a-t-il rêvé 
     

11:04 Écrit par Val dans concerts | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

pauvre Raphaël... Ah… c’est clair qu’il ne faut pas s’essayer à faire « rock’n’roll » si l’on n’en a pas la capacité (bien sympa, ce Raphaël, mais un tout petit peu gringalet-à-sa-môman, nan ?)…

Néanmoins, il pourrait y avoir une autre explication à ce jugement un peu négatif : à force d’écouter Camille en boucle, tu dois avoir perdu un peu l’habitude de l’artillerie lourde (grosses batteries, grosses guitares, etc.) traditionnellement utilisée pour le rock… et ceci explique peut-être cela…

Écrit par : Ed' l'épicier | 30/06/2006

pauvre Raphael (bis) salut Eddy

oui, pauvre Raphaël... je sais maintenant ce qui n'allait pas à ce concert: il partait dans ses trips tout seul, pendant que certains (moi par exemple) se demandaient un peu quoi.

Je vais voir Cali bientot, j'espère relever le niveau. Raphaël et Cali, c'est pas l'artillerie lourde. L'artillerie lourde manque carrément... de musique !

Voilà, je m'éloigne donc des sussurements Camilliens pour le moment. A la fin ça crisse aux oreilles LOL

a plus ;)

Écrit par : val | 29/07/2006

Les commentaires sont fermés.